Retour menu                       Partition                       Air suivant
HIGHLAND LADDIE


« Highland Laddie » signifie « Le jeune homme des hautes-terres ». De très nombreuses chansons sont associées à cette mélodie. Parmi les plus connues : l’Opus 108 de Beethoven écrit en 1815 par James Hogg à la gloire des héros de Waterloo ; celle composée juste après la bataille de Falkirk (17 janvier 1746) glorifiant la révolte Jacobite de Bonnie Prince Charlie, et enfin la très belle ballade du poète R. Burns narrant l’impossible amour entre une jeune fille bien éduquée des Lowlands et un beau jeune homme des Highlands vêtu d’un kilt et de haillons, et qui devra se contenter de lui offrir une promenade dans les Highlands accompagnée d’un pique nique servi sur son plaid.

Danse, dite de recrutement, elle était destinée à donner envie de s’engager. C’est la seule danse nationale écossaise (avec "Barracks Johnny") à être dansée en kilt et non pas en Aboyne dress. On dit aussi qu’elle est dansée en l’honneur de Bonnie Prince Charlie qui passait pour un très beau jeune homme du temps où il tenta de reconquérir la couronne d’Écosse. Beaucoup d’Écossais(es) l’auraient voulu pour roi.

Il existe aussi une version adoptée par les marins des baleiniers de Dundee. Elle était chantée à deux voix : un solo posant la question (Where have ye been all the day, my Bonnie Hieland Laddie?) et la réponse reprise en chœur par l’équipage (Way hay & away we go, Bonnie Laddie, Hieland Laddie). Elle était utilisée pour les manœuvres longues et lentes : hisser les voiles supérieures (2 tractions par refrain) ou remonter l’ancre.

En 1881, tous les régiments des Highlands de l’armée britannique adoptèrent par décret “Highland Laddie" comme marche (rapide) distinctive officielle, sans que l’on sache vraiment pourquoi. Sans doute pour l’entrain et le dynamisme qu’il insuffle, raison pour laquelle les sergents recruteurs de l’armée faisaient jouer cet air guerrier pour galvaniser les indécis et les décider à émarger la feuille d’engagement.

Compte tenu de l’important taux de perte parmi les sonneurs lors de la première guerre mondiale l’usage de la cornemuse au combat fut prohibé. Lord Lovat ignora les ordres et Bill Millin, son sonneur âgé de 21 ans, débarqua en jouant "Hielan Laddie" sur la plage de Sword. Les allemands ne le prirent pas pour cible car ils crurent qu’il était fou...   

Aujourd’hui cette mélodie (Originellement the "Lass of Livingston" datant du XVIIIème siècle) est devenue un air de bienvenue que l’on joue dans les grandes occasions pour saluer l’arrivée d’une personne importante ou pour accompagner la procession d’entrée du marié à l’église.





LES PAROLES DE HIGHLAND LADDIE


La version Jacobite.



Where ha’ ye been a’ the day?
Bonnie laddie, Hielan’ laddie
Saw ye him that’ far awa’
Bonnie laddie, Hielan’ laddie

On his head a bonnet blue
Bonnie laddie, Hielan’ laddie
Tartan plaid and Hielan’ trews
Bonnie laddie, Hielan’ laddie

I hae been at Crookieden
My bonnie laddie, Highland laddie!
Viewing Willie and his men
My bonnie laddie, Highland laddie!
There our foes that burnt and slew
My bonnie laddie, Highland laddie!
There at last they gat their due
My bonnie laddie, Highland laddie!

Satan sits in his black neuk
My bonnie laddie, Highland laddie!
Breaking sticks to roast the Duke
My bonnie laddie, Highland laddie!
The bloody monster gae a yell
My bonnie laddie, Highland laddie!
And loud the laugh gaed round a’ Hell
My bonnie laddie, Highland laddie!

When he drew his gude braid-sword
Then he gave his royal word.
Frae the field he ne’er wad flee
Wi’ his friends wad live or dee.

Geordie sits in Charlie’s chair
My bonnie laddie, Highland laddie!
But I think he’ll no bide there.
My bonnie laddie, Highland laddie!
Charlie yet shall mount the throne
My bonnie laddie, Highland laddie!
Ne’er reflect on sorrows past,
Bonnie laddie, Hieland laddie;
Charlie will be King at last,
Bonnnie laddie, Hieland laddie.

  

  Où étais-tu tout ce temps ?
  Fier garçon de nos montagnes
  Dis, l’as-tu vu s’approchant
  Fier garçon de nos montagnes ?

  Coiffé de son béret bleu
  Fier garçon de nos montagnes
  Vêtu d’un plaid et de chausses en tartan
  Fier garçon de nos montagnes

  J’étais à Culloden
  Fier garçon de nos montagnes
  Affronter William Duc de Cumberland et ses hommes
  Fier garçon de nos montagnes
  Là nos ennemis après avoir occis et brûlé
  Fier garçon de nos montagnes
  Ont enfin eu ce qu’ils méritaient
  Fier garçon de nos montagnes

  Assis dans un coin sombre satan
  Fier garçon de nos montagnes
  casse du bois pour rôtir le Duc
  Fier garçon de nos montagnes
  Ce monstre sanguinaire a hurlé
  Fier garçon de nos montagnes
  et l’enfer, de rire, a éclaté
  Fier garçon de nos montagnes

  Lorsqu’il dégaina hardiment sa claymore
  et fit son royal serment (*)
  de ne point fuir le combat et
  vaincre ou mourir avec ses compagnons.

  Le roi Georges est assis à la place de Charles
  Fier garçon de nos montagnes
  Il ne doit pas y rester
  Fier garçon de nos montagnes
  Charles doit regagner son trône
  Fier garçon de nos montagnes
  Ne te lamentes jamais du passé
  Fier garçon de nos montagnes
  Charles sera enfin roi
  Fier garçon de nos montagnes.

(*) La veille de la bataille de Prestonpans, Charles avait brandi son épée en présence de tous en s’écriant : "Mes amis, j’ai jeté le fourreau !"


La version Classique - Beethoven N°7 (for Violin and Cello).



Where got ye that siller moon,
bonny laddie, highland laddie,
Glinting braw your bell a boon,
bonny laddie, highland laddie?
Belted plaid and bonnet blue,
bonny laddie, highland laddie,
Have yet been at Waterloo,
bonny laddie, highland laddie?

Weels me on your tartan trews,
bonny laddie, highland laddie,
Tell me, tell me, a’ the news,
bonny laddie, highland laddie!
Saw ye Bonny by the way,
bonny laddie, highland laddie?
Blucher wi’ his beard sae grey,
bonny laddie highland laddie?

Or that doure and deadly Duke,
bonny laddie, highland laddie,
Scatt’ring Frenchmen wi’ his look,
bonny laddie, highland laddie?
Some say he the day may rue,
bonny laddie, highland laddie,
Ye can tell gin this be true,
bonny laddie, highland laddie.

Would yet tell me gin ye ken,
bonny laddie, highland laddie,
Aught o’ Donald and his men,
bonny laddie, highland laddie?
Tell me o’ my kilted Clan,
bonny laddie, highland laddie,
Gin they fought, or gin they ran,
bonny laddie, highland laddie?

  

  Lorsque la lune est d’argent,
  bel homme des Hautes-Terres
  Ta chance scintille de mille feux,
  bel homme des Hautes-Terres
  Ton plaid ceint et coiffé de ton béret bleu,
  bel homme des Hautes-Terres
  Etais-tu à Waterloo,
  bel homme des Hautes-Terres ?

  Fait moi tourbillonner sur tes genoux revêtus d’un pantalon à tartan,
  beau montagnard
  Raconte-moi tout ce que tu sais,
  bel homme des Hautes-Terres !
  As-tu vu lors de ton périple,
  bel homme des Hautes-Terres ?
  La barbe grise de Blücher,
  bel homme des Hautes-Terres ?

  Ou cet austère et ennuyeux duc,
  bel homme des Hautes-Terres
  Qui dispersa les français avec son coup d’oeil,
  bel homme des Hautes-Terres ?
  Certains disent maudire ce jour,
  bel homme des Hautes-Terres
  Disent-ils vrai,
  bel homme des Hautes-Terres ?

  Veux-tu me conter ce que tu sais,
  bel homme des Hautes-Terres
  De Donald et ses hommes,
  bel homme des Hautes-Terres
  Qui portent le kilt au tartan de mon clan,
  bel homme des Hautes-Terres
  S’ils ont combattu ou s’ils ont fuit,
  bel homme des Hautes-Terres ?


La version Version du poète Robert BURNS.



The Lawland Lads think they are fine
But oh they’re vain and idle gaudy
How much unlike the graceful mein
And manly looks o’ my Highland Laddie

If I were free at will to choose
To be the wealthiest Lawland Lady
I’d tak’ young Donald without trews
Wi’ bonnet blue and Highland plaidie

Oh my bonnie bonnie Highland Laddie
Oh my bonnie bonnie Highland Laddie
When I was sick and like to die
He rowed me in his Highland plaidie

O’er Bently Hill wi’ him I’ll run
And leave my Lawland kin and daddy
Frae winters chill and summers sun
He’ll screen me in his Highland plaidie

A painted room, a silken bed
Maun please a Lawland Lord and Lady
But I could kiss and be as glad
Behind a bush in his Highland plaidie

No greater joy I’ll ever pretend
Than that his love prove true and steady
Like mine to him, which never shall end
While heaven preserves my Highland Laddie

  

  Les jeunes hommes des basses-terres se croient beaux
  Mais ils ne sont que des tape-à-l’oeil oisifs et vaniteux,
  contrairement à l’élégance masculine
  de mon jeune homme des hautes-terres.

  Si j’étais libre de choisir
  pour être la plus heureuse Dame des basses-terres
  J’épouserais le jeune Donald sans pantalon
  avec son bonnet bleu et son plaid des hautes-terres

  Oh mon beau jeune homme des hautes-terres
  Oh mon beau jeune homme des hautes-terres
  Lorsque j’étais malade à souhaiter en mourir
  Il m’a enveloppé dans son plaid des hautes-terres

  Au delà de la colline de Bently, j’ai couru avec lui
  et quitté mes proches des basses-terres et mon père
  la douce fraîcheur des hivers et le soleil d’été
  en me protégeant avec son plaid des hautes-terres

  Une chambre peinte, un lit soyeux
  doivent plaire au Seigneur et à la Dame des basses-terres
  Mais je peux embrasser et être tout aussi heureuse
  derrière un buisson dans son plaid des hautes-terres

  Je ne peux pas prétendre à une plus grande joie
  que cet amour assurément sincère et solide
  que j’ai pour lui et qui ne cessera jamais
  tandis que le ciel protège mon jeune homme des hautes-terres


La version Version Chant de marins (Sea shanty).



There was a laddie cam’ from Scotland
Hielan’laddie, bonnie laddie
Bonnie laddie from fair Scotland
Me bonnie hielan’ laddie, O

Chorus
Way, hay an’ away we go
Hielan’ laddie, bonnie laddie
Way, hay an’ away we bo
Me bonnie hielan’ laddie, O

Where have ye been a’ the day?
Where have ye been a’ the day?

I did not see ye soon the glen
I did not see ye near the burn.

Nay, I wuz no doon the glen,
Nay I was no near the burn.

But I went to seek a road to fortune,
Thought I’d fins a road to fortune.

I joined a ship and went a-sailin’
Sailed far north and went a-whalin’.

Shipped far north on a Dundee whaler
Shipped far north as a whalin’ sailor.

Bound away to Iceland cold
Found much ice but not much gold.

Greenland is a cold country
Not the place for you and me.

Thought it was the way to fortune
But whalin’s not the way to fortune.

Wished meself in bonnie Scotland
Back again in bonnie Scotland.

We caught some whales and boiled their blubber
Oil and fat choked every scupper.

We’ll soon be homeward bound to Scotland
Homeward bound to bonnie Scotland.

I’ll be glad when I get hame
I’ll gie up the whalin’ game.

Oh, hielan’ laddie went a sailin’
Hielan’ laddie went a-whalin’.

  

  Il y a un jeune homme venu d’Ecosse
  Un beau jeune homme des hautes-terres
  Un élegant jeune homme de la belle Ecosse
  Oh mon beau jeune homme des hautes-terres

  Chorus
  Que de chemins parcourons-nous
  beau jeune homme des hautes-terres
  Que de chemins parcourons-nous
  beau jeune homme des hautes-terres

  Où étais-tu passé toute la journée durant ?
  Où étais-tu passé toute la journée durant ?

  Je ne t’ai pas vu tôt dans la vallée
  Je ne t’ai pas vu près du feu de camp.

  Non, je n’étais pas descendu dans la vallée
  Non, je n’étais pas près du feu.

  Mais je cherchais une route vers la fortune/le bonheur
  je crois l’avoir trouvée.

  j’ai rallié un bateau et navigué
  loin au Nord et pêché la baleine.

  J’ai vogué cap plein nord sur un baleinier de Dundee
  J’ai vogué cap plein nord en tant que marin-baleinier.

  Livré au loin au froid de l’Islande
  J’ai trouvé beaucoup de glace, mais pas d’or.

  Le Groënland est un pays froid
  Pas une terre pour toi et moi.

  Je croyais que c’était la route de la fortune
  Mais baleinier n’est pas le chemin de la fortune.

  Je regrette ma belle Ecosse
  Je veux retourner dans ma belle Ecosse.

  Nous avons attrapé des baleines et fait bouillir leur graisse
  L’huile et la graisse animale engorgeaient chaque écoutille du pont.

  Nous serons bientôt de retour en Ecosse
  de retour dans la belle Ecosse.

  De retour à la maison, je serais content
  d’abandonner le métier de baleinier.

  Oh jeune homme des hautes-terres qui navigua
  Jeune homme des hautes-terres qui pêcha la baleine.

Note: cette longue version était un chant de cabestan (treuil à axe vertical utilisé pour lever l’ancre) que l’on transformait en chant de drisse (cordage servant à hisser une vergue ou une voile sur son espar) en supprimant le couplet. Il existe une autre version connue sous le nom de « Donkey Riding »


SUGGESTION(S) VIDEO(S)

8000 joueurs - Glasgow 2008

Version Beethoven
The Lass of Livingston

Fiddle
Highland Dance (USA)

Highland Dance (Australie)






- Cette page a été consultée 7685 fois -

Copyright © 2009-2016 Stéphane BÉGUINOT, All Rights Reserved.