Retour menu                       Partition                       Air suivant
CUTTING FERNS



Cutting Ferns (“les faucheurs de fougères” – en gaélique : "Buain na Rainich") est également connu sous les appellations : “The Bracken Highland Fling” – “Cutting Bracken” – “Dulaman” – “Faery’s Lament” – “Heavin’ Bracken” – “Pulling The Bracken” – “The Weary Maid”). On trouve des similarités avec la jig “Drummond Castle” (figurant dans le recueil de danses de salon à l’usage du Duc de Perth) et la mélodie d’Alan Stivell “Tha Mi Sgìth ‘s mi leam fhein.” (qui signifie « I am tired of being by myself every day in the blessed hills” – “Je suis fatiguée d’être tous les jours dans les saintes collines”).

Les fougères étaient utilisées en été comme litière pour les bovins ou comme palette de fortune pour dormir. Dans certains endroits les fougères, mélangées à du fumier ou du maïs, étaient utilisées dans la confection des toits de maison. Brûlées, les fougères fournissaient également, en se consumant, un mélange alcalin utilisé dans le blanchiment.

La collecte de fougères, tombée dans la sphère domestique, était traditionnellement un travail réservé aux femmes et souvent réalisé par des jeunes femmes. Elles n’avaient pas la tâche facile. Toujours courbées pour les couper, il fallait ensuite récolter les coupes pour en faire de grandes balles, lourdes et encombrantes, qu’il fallait ramener jusqu’au domicile.

     


LES PAROLES DE CUTTING FERNS

La chanson associée à la mélodie est originaire des Hébrides. Elle raconte l’histoire d’une jeune fille partie cueillir des fougères et qui rencontre une fée. Elles tombent amoureuses l’une de l’autre. Découvrant la relation entretenue par la jeune fille et craignant qu’une telle liaison soit dangereuse, sa famille la consigne à la maison et lui interdit de retourner couper des fougères. La chanson est supposée être chantée par la fée au cœur brisé. Elle est principalement chantée, y compris par les hommes, pour se divertir lors des corvées.




I am tired, and I am alone,
Cutting the Bracken, Cutting the bracken
I am tired, and I am alone,
Cutting the Bracken forever

Behind the knoll, up on the knoll,
Behind the pretty knoll
Behind the knoll, up on the knoll,
All the day alone

Why should I sit and sigh,
Puin’ bracken, Puin’ bracken (pulling bracken)
Why should I sit and sigh,
On the hillside dreary?
When I see the plover rising
Or the curlew wheeling,
Then I trow (trust, believe) my mortal lover,
Back to me is stealing.
Why should I sit and sigh,
Puin’ bracken, Puin’ bracken
Why should I sit and sigh,
On the hillside dreary?

  

  Je suis fatiguée et seule
  Fauchant les fougères
  Je suis fatiguée et seule
  Fauchant les fougères à tout jamais

  Derrière la butte, sur la butte
  Derrière la belle colline
  Derrière la butte, sur la butte
  Seule toute la journée

  Pourquoi dois-je m’asseoir et soupirer
  à extirper les fougères ?
  Pourquoi dois-je m’asseoir et soupirer
  Sur l’ennuyeux versant de la colline
  lorsque je vois le pluvier s’envoler
  et le courlis s’affairer ?
  Puisque mon amour, une humaine mortelle
  a été définitivement éloignée de moi
  Pourquoi dois-je m’asseoir et soupirer
  à extirper les fougères ?
  Pourquoi dois-je m’asseoir et soupirer
  Sur l’ennuyeux versant de la colline ?



Tha mi sgìth ’s mi leam fhìn,
Buain na rainich, buain na rainich
Tha mi sgìth ’s mi leam fhìn,
Buain na rainich daonnan

Cùl an tomain, bràigh an tomain
Cùl an tomain bhòidhich
Cùl an tomain, bràigh an tomain
H-uile latha nam ònar














SUGGESTION(S) VIDEO(S)

San Francisco Scottish Fiddlers

Version jouée à la mandoline






- Cette page a été consultée 4576 fois -

Copyright © 2009-2016 Stéphane BÉGUINOT, All Rights Reserved.