Retour menu                       Partition                       Air suivant
MARQUIS OF HUNTLY’S FLING


Le marquis de Huntly est le chef du clan Gordon. Depuis le début du 15e siècle, il réside au château d’Aboyne, choisi pour sa position stratégique près de la rivière Dee, un des principaux points de passage vers le nord-est de l’Écosse. Les Gordons, des propriétaires fonciers plutôt qu’un clan tribal traditionnel, étaient connus pour être des tenants du catholicisme et pour leur parfaite maîtrise de l’élevage des chevaux. À l’apogée de leur puissance, les Gordons avaient pratiquement un royaume indépendant dans le nord-est de l’Écosse (Aberdeenshire & Banffshire). Leur influence et leur immense pouvoir valurent au chef du clan le surnom de « Coq du nord ». Sans doute par assimilation à cet animal fier, au cocorico bruyant et vantard, et suffisamment courageux pour être capable de se battre jusqu’à la mort. De nos jours, ce titre honorifique est toujours revendiqué et porté avec fierté par le chef de clan.   

Le blason contient les deux devises du clan Gordon.
Au sommet, "Bydand" qui signifie "déterminé, tenace, ferme dans sa croyance, inébranlable". En bas, « Animo non Astutia » qui signifie "par le courage, pas par la ruse". Des têtes de sanglier apparaissent sur le blason, car la légende prétend que le premier Gordon a sauvé un roi écossais d’une attaque de sanglier.
  

La mélodie "The marquis of Huntly’s Highland Fling" (également connue sous le nom « Ladies Ancient Fling ») est la danse du clan Gordon. Elle a été composée au violon vers 1794 par George Jenkins (1760-1806), un maître de danse écossaise décédé à Londres. Le mot "fling" existait déjà au 16e siècle dans la littérature écossaise pour décrire un vigoureux pas de danse lorsqu’en sautant le danseur passe alternativement le pied de la jambe levée devant puis derrière celle qui lui sert d’appui. La phrase "Highland Fling" n’apparaît en version imprimée qu’en 1794 avec la publication de l’air dans la 1ère collection de G. Jenkins où on ne sait dire si elle se rapporte à une danse ou à un pas seulement. La première référence claire en tant que danse complète appelée « Hielan Fling » remonte à 1824. Elle est introduite dans les danses de compétition en 1841 par le Inverness Northern Meeting Games. Les fondements de la Highland Fling moderne se basent sur le descriptif de "The marquis of Huntly’s Highland Fling" donné dans le manuscrit de quadrilles et de danses du pays de Frederick Hill en date du 22 mars 1841. C’est l’un des documents les plus importants de l’histoire de la danse country en Écosse. Aujourd’hui "The Marquis of Huntly’s Highland Fling" est devenue une mélodie incontournable des Highlands Games.

Avec la danse des épées, la Highland Fling est probablement la plus ancienne des danses traditionnelles d’Écosse. Ses origines en danse solo sont obscures, mais elle serait le fruit d’une compilation de pas de strathspey associés à une reel.

Bien que l’on prétende aussi qu’elle soit une danse de la fertilité, il est communément admis qu’il s’agit d’une danse de la victoire. Elle était pratiquée par le guerrier vainqueur, au dessus de son petit bouclier rond au centre duquel une longue pointe était dressée nécessitant une grande dextérité pour ne pas s’empaler le pied. Elle permettait donc aux guerriers de développer vigueur et agilité pour être capables de combattre sur toute nature de terrain, parfois jonché de cadavres et d’armes tombées pêle-mêle. C’est la raison pour laquelle les anciens rois et les chefs de clan utilisaient cette danse pour choisir leurs hommes parce qu’elle révélait leur agilité, leur force, leur endurance et leur précision.   

Les régiments écossais l’utilisèrent ensuite comme exercice pour garder les troupes en forme et prêtent pour la bataille. La Highland Fling mobilise les muscles de la tête aux pieds et s’apparente à un sprint fait de jeux de jambes complexes où le danseur saute 192 fois (pour les danses en 6 steps). Le danseur doit exécuter des mouvements de jambes très rapides et très précis tout en restant sur la pointe des pieds. Les genoux sont tournés vers l’extérieur, les bras sont levés tendus et le tablier du kilt doit rester plat. Les juges notent tout particulièrement l’élévation, la coordination bras-jambes et le respect du tempo musical, mais aussi l’apparente facilité que l’on donne à danser. Pour être une danseuse des Highlands accomplie, il est donc nécessaire d’avoir la grâce d’une ballerine et la puissance d’une gymnaste.

À l’origine, seuls les hommes étaient autorisés à pratiquer ces danses. Vers la fin du 19e siècle, une jeune fille de 10 ans, nommée Jenny Douglas, décide de participer à un concours de danse des Highlands. Comme le règlement ne l’interdisait pas explicitement, les juges condescendirent à la laisser concourir. Ce fut un choc pour tous de voir, pour la première fois, une jeune fille en découdre sur scène avec les hommes et faire jeu égal (sinon mieux) avec eux. Il n’en fallut pas davantage pour que la gent féminine se précipite dans la compétition.   

Mais c’est surtout durant les deux guerres mondiales que les femmes prirent le relais afin de préserver la richesse culturelle et historique du pays, tandis que les hommes défendaient leur patrie. Depuis lors, la participation féminine aux Highlands dances n’a pas cessé d’augmenter au point, qu’aujourd’hui, plus de 95% des danseurs sont des femmes.

Pour garder le look original du soldat, les filles adoptèrent le costume masculin militaire et coiffèrent leurs cheveux, tirés vers l’arrière, d’un chignon haut ou d’une tresse française. Si elles ont conservé les caractéristiques de la coiffure (en laissant leurs cheveux libres, les danseuses risquent de perturber leur champ de vision et de perdre les repères visuels qui leur permettent de s’assurer de bon alignement de leur corps), la tenue a en revanche évolué. Le kilt a été allégé, le sporran, le couteau et le couvre-chef ont été supprimés. Mais la principale innovation date de 1952 lorsque les organisateurs des Jeux d’Aboyne ont parrainé un costume plus féminin sur un modèle de robe des highlands du 17e et 18e siècle rappelant la grande héroïne Flora MacDonald. Cette tenue est portée pour pratiquer les danses « nationales » telles que Flora MacDonald fancy, la Scottish lilt, the Village Maid ; de nouvelles danses plus proches du ballet et donc plus féminines. Plus douces et moins militaires, elles offrent en outre des mouvements de mains appropriés où les dames peuvent tenir leurs jupes.

             

Est-ce à dire que les femmes ont tout changé selon leurs propres points de vue ? Non, car elles ont gardé le regroupement des doigts où le pouce est en contact avec la première phalange du majeur. Cette position des doigts a été inventée par un jeune garçon. Parti dans les Highlands à la chasse au cerf, il fut si ébloui lorsqu’il en vit un bondir devant lui qu’il rentra bredouille chez lui pour décrire à sa famille ce qui l’avait émerveillé. Il le fit en sautant et en adoptant cette gestuelle de la main et des doigts pour mimer le cerf et figurer ses bois. Persuadées que cette gestuelle créée par un garçon ne pouvait que plaire à ces derniers, les jeunes filles l’adoptèrent dans toutes les danses pour être admirées des garçons lorsqu’elles dansent.


SUGGESTION(S) VIDEO(S)

Fling (4 steps) demonstration
Fling (last step) demonstration
H. Fling Intermediate competition

H. Fling par un danseur
Highland Fling competition

Cowal 2013 Champions' fling
Cowal 2014 Champions' fling






- Cette page a été consultée 4233 fois -

Copyright © 2009-2016 Stéphane BÉGUINOT, All Rights Reserved.